COMMEMORATION DU SIXIEME ANNIVERSAIRE DE L’ASSASSINAT D’ERNEST MANIRUMVA

COMMEMORATION DU SIXIEME ANNIVERSAIRE DE L’ASSASSINAT D’ERNEST MANIRUMVA

Mot liminaire pour la Conférence de presse

6 ans d’impunité c’est trop !

Six ans viennent de passer après l’assassinat ignoble de Monsieur Ernest Manirumva dans la nuit 8 au 9 avril 2009.
Depuis six ans, les organisations engagées dans la Campagne Justice pour Ernest Manirumva n’ont jamais cessé d’exiger que toute la vérité soit manifestée dans ce dossier. Des pistes intéressantes ont été mentionnées dans les rapports du FBI et de la 3eme commission d’enquête mais elles n’ont jamais été explorées.
Hélas, à ce jour, la famille de Manirumva et les défenseurs de droits de l‘homme attendent toujours la vérité et la justice sur le meurtre Ernest Manirumva.
Le jugement et l’arrêt rendus respectivement par le Tribunal de Grande Instance en Mairie de Bujumbura et la Cour d ’Appel de Bujumbura sont profondément décevants car, au lieu de chercher la vérité sur l’assassinat d’Ernest Manirumva, le juge s’est curieusement arrangé pour trouver des boucs émissaires en condamnant des prévenus à de lourdes peines.

Il est clair que la justice n’a pas voulu mener des enquêtes sur de hauts responsables des services de sécurité et de la police nationale burundaises susceptible d’avoir été impliqués dans l’assassinat d’Ernest MANIRUMVA qui était l’une des recommandations phares du Bureau Fédérale d’enquête des États-Unis(FBI)

Le rapport du FBI recommandait au gouvernement burundais de mener des enquêtes supplémentaires et notamment d’interroger des personnes citées dans le rapport et de prélever des échantillons ADN sur celles-ci.
Des recommandations presque semblables ont été faites par la 3ème commission d’enquête.

Il ya donc bientôt deux ans,la partie civile OLUCOME a introduit un pourvoi en cassation contre l’arrêt RPCA 402,rendu en date du 25.1.2013 par la Cour d’Appel de Bujumbura.

Après plusieurs fixations devant la Cour Suprême, l’examen du pourvoi de la partie civile a été chaque fois reporté. Nous condamnons énergiquement cette façon de faire chaque fois contre les Défenseurs des Droits Humains.

Ernest Manirumva a été assassiné à cause de son travail en tant que défenseur des droits humains. Il avait dédié sa vie à la défense des droits des citoyens. Malheureusement la justice burundaise semble oublier leur rôle de statuer sur ce cas en toute impartialité mais plutôt garantir l’impunité pour faire échouer tout effort à la recherche de la vérité.

Ernest Manirumva a été assassiné parcequ’il conduisait des investigations sur des actes de détournement, de malversation, de corruption et de Traffic d’armes à feu dans lesquels étaient impliqués des hauts cadres du service national de renseignement.
Au moment où nous commémorons le 6ème anniversaire de l’assassinat d’Ernest Manirumva, les vieux démons se réveillent pour viser les défenseurs des droits humains, pour les accuser notamment de la distribution d’armes à feu ou pour organiser le soulèvement populaire et des plans macabres allant dans ce sens ont été déjà dévoilé.

Nous lançons donc un appel vibrant au gouvernement du Burundi et à ses agents d’adopter des mesures spécifiques pour protéger tous les citoyens en général et les défenseurs des droits humains en particulier spécialement dans cette période pré-électorale où la sécurité des Défenseurs des droits humains est largement menacée.

Nous sommes fermement convaincus que les auteurs de ces actes de persécution engagent leur responsabilité devant l’histoire du pays et la justice nationale et internationale.

Nous disons NON A LA PERSECUTION ET L’ASSASSINAT DES DDHs.

Vive la détermination des défenseurs des droits humains face à l’impunité !

Je vous remercie.


Nombre de visites: 231 - Article redigé le 10/04/2015 à 14:43