Gabriel Rufyiri dénonce des cas d’intimidations à l’endroit de sa personne

Gabriel Rufyiri dénonce des cas d’intimidations à l’endroit de sa personne

Le Numéro Un de l’OLUCOME, Gabriel Rufyiri demande aux autorités burundaises d’ honorer ce que le peuple burundais est entrain de demander, notamment la renonciation de Pierre Nkurunziza à sa candidature au troisième mandat au lieu de les intimider.

Gabriel Rufyiri a fait savoir que certaines autorités du pays sont en train d’intimider les organisateurs des manifestations.

"Dans la matinée de ce samedi vers 7h, j’ai reçu un appel téléphonique d’un certain Bertin Gahungu, directeur de la documentation à l’intérieur du pays. Il m’a dit que je suis parmi ceux qui sont entrain de déstabiliser le pays, que j’aurai acheté des cartes sim de la société Smart pour approvisionner ceux qui sont entrain de manifester", raconte Gabriel Rufyiri, Président de l’OLUCOME, un des membres de la campagne contre le troisième mandat de Nkurunziza .

Cet agent du service de renseignement lui a fait comprendre que tout ce qui se passe en ce moment sera endossé par quatre personnes, entre autres Pacifique Nininahazwe, Président du FOCODE, Vital Nshimirimana, président du FORSC, Pierre Claver Mbonimpa, Président de l’APRODH et Gabriel Rufyiri.

Il a ajouté que cet agent de la documentation lui a indiqué que quand Mbonimpa a parlé du dossier Kiliba Ondes , que c’était une façon de faire diversion pour trouver un moyen d’armer la population, renchérit Gabriel Rufyiri.

Le président de l’OLUCOME y voit une sorte d’intimidation. Il déclare haut et fort qu’ils vont continuer la manifestation pacifique ’’ malgré ces intimidations ‘’, car c’est un droit reconnu par la constitution de la République du Burundi, et les conventions internationales ratifiées par le Burundi.

Le président de l’OLUCOME demande plutôt aux autorités burundaises d’honorer ce que le peuple burundais est entrain de réclamer.


Nombre de visites: 642 - Article redigé le 4/05/2015 à 10:18