Les magouilles entourent certains hauts gradés du cabinet du Ministère de la défense nationale

Les magouilles entourent certains hauts gradés du cabinet du Ministère de la défense nationale

L’armée burundaise a acheté un parc automobile qui suscite beaucoup d’interrogations. De plus, certaines autorités de ce corps construisent actuellement des maisons privées et utilisent des véhicules de services pour amener l’eau et les matériaux de construction. Ce que dénonce l’OLUCOME.

Il s’agit précisément de l’achat de 5 jeeps blindées, 40 camions Mercèdes type 1017, 5 camions actros et 5 machines élévateurs. A part les 5 camions actros qui seraient neufs, les autres sont des véhicules d’occasion. Chacun de ces jeeps blindées de type V8 et qui sont dans la colonne présidentielle aurait coûté 700 millions Fbu. L’une de ces jeeps blindées, la C 8131 A vient d’avoir un accident alors qu’elle était en train d’être essayée sur la Route Nationale n°7. Cet accident a eu lieu après leur essayage vers la ville de Ngozi, mais elles n’ont pas pu y arriver. Parce qu’il se pourrait que leur système de freinage n’est pas du tout bon.

Le Ministère de la défense nationale et des anciens combattants vient de mettre sur pied une commission de réception de ces engins, excepté les 5 Jeeps blindées qui ont été déjà réceptionnées. Cependant, la commission aurait constaté des imperfections. Mais les engins commandés risquent d’être réceptionnés dans leur état actuel, parce qu’il y a des non dits dans ce dossier, selon les informations recueillies dans ce ministère.

Cela rentre toujours dans l’optique des commissionnaires qui feraient presque toutes les commandes et les transactions louches dans lesquelles sont impliquées les hautes personnalités burundaises. C’est par exemple le Rwandais du nom d’Esdras BUTARE, Schola ADIM et son mari, Un pasteur du nom de Bucumi (dans le domaine du foncier), Sion Nikobiri, Vénérand Kazohera, Olivier Suguru, etc.

Toujours dans ce Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants, certaines autorités, du cabinet à l’Etat Major sont en train de construire des maisons privées en Mairie de Bujumbura et à l’intérieur du pays. Mais ils se servent des véhicules de l’armée pour amener l’eau, le clavier, le sable, le moellon, les briques, etc. pour ces constructions. Ces tricheries s’observaient jusqu’ici au sein de la Police Nationale du Burundi. Mais, comme elles s’observent déjà au sein de l’armée qui commence à ternir son image, l’OLUCOME sera obligé de citer les noms de ces autorités militaires qui utilisent le charroi de l’armée à leurs buts personnels, si elles ne changent pas.

L’OLUCOME voudrait faire un clin d’œil aux autorités de ce pays concernant l’achat du charroi. Il est, en effet, absurde que l’armée puisse acheter des véhicules d’occasion en privilégiant les intérêts des individus.


Nombre de visites: 3156 - Article redigé le 15/12/2014 à 08:47