Un nouveau rapport détaille les attaques à grande échelle et systématiques contre les défenseurs des droits de l’homme

Un nouveau rapport détaille les attaques à grande échelle et systématiques contre les défenseurs des droits de l’homme

Les défenseurs des droits de l’homme burundais opèrent dans un des espaces les plus restreints de la région d’Afrique de l’Est, affirme un nouveau rapport publié aujourd’hui par le East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project (EHAHRDP). Le rapport de 56 pages intitulé “2015 : Tournant décisif au Burundi” recense une hausse extrêmement inquiétante d’instances de harcèlement, d’intimidation et d’attaques contre les défenseurs des droits de l’homme.

Le rapport décrit en détail la détérioration de la relation entre les autorités burundaises et la société civile au courant de l’année 2014. Les autorités de l’Etat continuent de présenter les défenseurs des droits de l’homme comme des « ennemis de l’Etat », et de proclamer que leurs critiques légitimes des pratiques du gouvernement sont le résultat de leur affiliation à des partis politiques d’opposition. Le rapport recense l’ambition de Etat burundais de miner la crédibilité des voix critiques du gouvernement et d’entraver les activités des défenseurs des droits de l’homme à travers des manœuvres d’intimidation et de harcèlement.

« Les défenseurs des droits de l’homme au Burundi opèrent maintenant dans ce qui est de fait un état hostile envers les défenseurs des droits de l’homme », explique Hassan Shire, le directeur exécutif de EHAHRDP. « Dans les mois précédant le début des élections prévues en Mai 2015, ce rapport dresse un tableau inquiétant et devrait être source de graves préoccupations pour les voisins régionaux du Burundi, la Communauté d’Afrique de l’Est, ainsi que les partenaires de développement et la communauté internationale. »

Le rapport révèle que les journalistes au Burundi sont l’objet de graves attaques menées par le gouvernement. Au moins cinq journalistes ont été poursuivis en justice depuis Avril 2014, et de nombreuses procédures ont été engagées pour forcer certains à révéler leurs sources. De nombreux défenseurs des droits de l’homme ont été victimes de harcèlement judiciaire, se faisant convoquer au parquet à répétition sans raison précise. Il y a quelques jours seulement, les autorités burundaises ont arrêté et emprisonné le directeur de la Radio Publique Africaine Bob Rugurika, en réponse à la diffusion d’une enquête de la RPA sur le meurtre de trois religieuses italiennes en Septembre 2014. EHAHRDP demande sa libération immédiate.

“Plus de cinquante défenseurs des droits de l’homme ont été interviewés pendant cette recherche” a dit Clémentine de Montjoye, la chercheuse et l’auteure principale du rapport. « Nous avons trouvé que les défenseurs des droits de l’homme de tous les domaines de la société civile sont régulièrement menacés et intimidés, et que cette situation s’est nettement détériorée au cours de l’année de 2014. Cette situation est extrêmement inquiétante seulement quatre mois avant le début des élections. »

Dans ce nouveau rapport, EHAHRDP établit un certain nombre de recommandations destinées au gouvernement du Burundi et ses partenaires internationaux pour améliorer l’environnement opérationnel des défenseurs des droits de l’homme et assurer leur sécurité.

East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project est une organisation basée à Kampala qui travaille sur la protection et la promotion du travail des défenseurs des droits de l’homme au Burundi, au Djibouti, en Erythrée, en Ethiopie, au Kenya, au Rwanda, au Sud Soudan, en Somalie (dont le Somaliland), au Soudan, en Tanzanie, et en Ouganda depuis 2005.


Nombre de visites: 2019 - Article redigé le 2/02/2015 à 15:12